more from
Freaksville Records

L'homme d'attaque

by Juan d'Oultremont

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €5 EUR  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Digipack 4 pages

    Includes unlimited streaming of L'homme d'attaque via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 20 days

      €5 EUR or more 

     

  • Full Digital Discography

    Get all 8 Juan d'Oultremont releases available on Bandcamp and save 35%.

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality downloads of Avant l'incident, Je pense donc je fuis, Ma fiancée, Otages, Bambi is Dead, Megaphone's Judas, L'onde d'attaque, and L'homme d'attaque. , and , .

    Purchasable with gift card

      €14.63 EUR or more (35% OFF)

     

1.
Royal canin 01:02
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.

about

Des arrêts de morts signé(e)s par Andy Warhol et Joseph Beuys, des installations, des performances, des romans, une pièce de théâtre, un tube ayant pulvérisé le top 50 (Cœur de loup chanté par Philippe
Lafontaine, c’est lui aussi), des pochettes pour le label jazz Blue Note ou encore une émission culte (feu ‘Le jeu des dictionnaires’ sur la RTBF), le moins qu’on puisse dire de Juan d’Oultremont est qu’il est un homme d’attaque. Et si l’art est d’apparaître là où on ne vous attend pas, alors de toute évidence il est aussi un artiste.

Également fondateur de Cissiste International en 1975, Juan d’Oultremont est un tourbillon schizo que rien ne freine ; on a déjà admiré ses drapeaux belges pour daltonien sur les façades bruxelloises et ses dessins érotiques. Pour compléter l’étrange tableau, il ne lui restait plus qu’à donner de la voix et c’est maintenant chose faite, depuis que Benjamin Schoos (jadis connu sous le pseudo de Miam Monster Miam) lui a tendu le micro-fusil sur un premier album ("Bambi is Dead", 2006) paru chez Freaksville, le tout suivi trois ans plus tard d’une deuxième galette royale avec "Megaphone Judas" dont la pochette fut confiée aux pinceaux de l’illustrateur des belles heures des Inrockuptibles, Pierre Lapolice.

Quatre ans plus tard, le revoici donc avec "L’homme d’attaque", un véritable recueil de chansons bien dressées, toujours chez Freaksville, et produit par Benjamin Schoos. Pendant plus de 18 mois, l’équipe de recherche animalière du label a eu à cœur de créer une friandise de luxe façon royal canin – qu’on retrouve d’ailleurs en ouverture du disque. Jamais en manque d’une nouvelle expérimentation, le grand collectionneur d’objets sonores qu’est Juan a compilé des extraits qui ont servi de base à l’écriture des morceaux : un son d’homme et une femme montant un escalier de fer, des chiens hurlant, un document sur la tuberculose, des bruits de vitres... 

Parcouru de tocs et de tics, "L’homme d’attaque" fut ensuite passé à la moulinette sonore aux pieds de la Butte Montmartre, dans le studio mythique parisien CBE (de feu Bernard Estardy) en utilisant de manière fétichiste chaque étape de l’enregistrement à l’ancienne et ce sans sampling ni programmation - fait rare pour de la musique électronique.

Les prises de voix ? Enregistrées avec le micro personnel de Claude François, celle parlées avec le micro utilisé par Joe Dassin sur L’été indien.

Quid des instruments acoustiques et synthétiseurs vintage ?
Ce sont ceux ayant servi sur les sessions de Lee Hazlewood, Michel Sardou, Gerard Manset, Dalida...

Quant aux instruments électroniques, on a fait appel à de vraies boîtes à rythmes rétro et des synthétiseurs analogiques, tous joués manuellement avec les doigts par Juan et Benjamin.

Singulière et ludique, la réalisation de ce disque inc(l)assable est loin d’être anecdotique. Pour la première fois dans la discographie de Juan, le boxeur de mots frappe l’auditeur d’une force mélodique et d’une élégance instantanée, notamment sur "Mon laveur de vitre", titre romantico-space faisant l’éloge d’une profession souvent laissée sur le carreau (sic).

Avec ce timbre vocal si particulier, Juan d’Oultremont plonge dans un son rétro synth-pop pour distiller son style acerbe, à la fois proche d’un Bashung période Bergman, où d’un Gainsbourg burné sur Nostalgie Nelson, hommage évident à l’homme à tête de chou (de Bruxelles ?).

Pour accompagner cette ode au bizarre, Juan d’Oultremont s’est entouré de quelques invités cultes de l’underground: Man from Uranus, Olibass du groupe afrobeat Dragon Noir, la chanteuse néo folk Emmanuelle Parrenin et sa vielle à roue, la comédienne Isabelle Wéry, le pianiste jazz Christophe Cerri, le choriste Marc Bouille et le flutiste Jean-François Hustin.

Avec "L’ homme d’attaque", Juan manie la folie avec dextérité, nonchalance et lucidité. Pas vraiment une surprise pour les connaisseurs du Juan, le surréalisme ça fait longtemps que c’est son dada.

credits

released September 2, 2013

Écrit et chanté par Juan d'Oultremont

Enregistré, réalisé, composé, joué par Benjamin Schoos au studio Freaksville ★ Mixé au studio Jasfy par Chris Cerri ★ Masterisé au studio Farside par Gilles Martin ★ Overdubs enregistrés au studio CBE par David Mestre et au studio MPL par Jean-François Hustin

Benjamin Schoos : synthétiseurs divers, vocodeur, choeurs, boîte à rythmes, percussions, guitare électrique, orgue Farfisa, bass électronique ★ Christophe Cerri : Piano Steinway, Rhodes Fender, Wurlitzer, Hammond B3, synthétiseurs divers ★ Man From Uranus : synthétiseurs, boîte à rythmes, percussions sur BK ★ Jean-François Hustin : flûte traversière ★ Oli Bass : basse et slapbass ★ Domgué : Saxophone sur "Les laids" ★ Avec la participation exceptionnelle d'Emmanuelle Parrenin à la vielle à roue sur "Analphabète" ★ Marc Bouille : choeurs ★ Avec la participation vocale d'Isabelle Wéry sur "Local matador" et "Escalier de fer" ★ Le "Royal Canin" est une création pastiche musicale produite et composée par Chris Cerri

Photos d'attaque : Laetitia Bica ★ Assistante : Cindy Damen ★ À l'attaque : Victoria Deferrari ★ Make up : Jean Biche

Photos P-M : Juan d'Oultremont

Special Thanks : Freaksville family, Renaud Huberlant, Dirk Snauwaert & Wiels, Thomas Gunzig, Isabelle, Vanessa Pinto, Sera from Paris, Jo, Steph, Jim, Isadora & Arthur...

Catalog number : FRVM44
© Freaksville Publishing 2013
www.freaksvillerec.com



About Juan d’Oultremont and "L'homme d'attaque" :

Death warrants signed by Andy Warhol and Joseph Beus, installations, performances, novels, a play, a hit that smashed the Top 50 (Cœur de loup sang by Philippe Lafontaine, is also him), sleeves for jazz label Blue Note and a cult programme (the wonderful Le jeu des dictionnaires on RTBF), the very least we can say about Juan d’Oultremont is that he is a man of action. And if art emerges where you don’t expect it, then there is little doubt that he is also an artist.

Also the founder of the international Cissite movement in 1975, Juan d’Oultremont is a schizo whirlwind who cannot be stopped; we have already admired his Belgian flags for the colour-blind on Brussels buildings and his erotic sketches. To complete the strange picture, he just needed someone to give him a voice and this mission was accomplished when Benjamin Schoos (previously known under the pseudonym Miam Monster Miam) held out a shotgun microphone for him on his first album (“Bambi is Dead”, 2006) released on Freaksville, followed three years later by a second nugget “Megaphone Judas” with the sleeve design entrusted to Pierre Lapolice, Inrockuptibles illustrator during its finer moments.

Four years later, he is back again with “Homme d’attaque”, a genuine collection of well-drilled songs, also on Freaksville and produced by Benjamin Schoos. For more than 18 months, the label’s wildlife research team have been creating a luxurious royal canine treat that can be found when opening the record. Never lacking in novel experimentation, a great collector of sounds, Juan has compiled extracts which are used as a base for writing his songs: the sound of a man and woman climbing an iron staircase, dogs howling, a documentary on tuberculosis, the sounds made by windows…

Full of nonsense, “Homme d’Attaque” was then passed through a sound mill at the foot of Montmartre in the mythical Parisian studio CBE (belonging to the awesome Bernard Estardy) using old methods of recording at each stage in a fetishist way, all without sampling or programming – a rare occurrence in electronic music. And the vocal tracks? Recorded using Claude François’s personal microphone and anything spoken word, on the mic used by Joe Dassin on L’été indien. And the acoustic instruments and vintage synths? They were used on the sessions of Lee Hazlewood, Michel Sardou, Gerard Manset, Dalida… As for the electronic instruments, genuine retro rhythm boxes and analogue synths were brought in and all played manually by Juan and Benjamin.

Unique and playful, the recording of this unclassifiable record is far from anecdotal. For the first time in his discography, this boxer of words hits the listener with melodic force and instantaneous elegance, notably on Mon laveur de vitre, romantic space-age track paying tribute to a profession often overlooked. With his very individual vocal timbre, Juan d’Oultremont swims in a retro synth-pop sound to deliver his acerbic style, like Bashung in his Bergman period or a burned out Gainsbourg on Nostalgie Nelson, an obvious tribute to the man with a cabbage for a head (from Brussels?)

To accompany this ode to the bizarre, Juan d’Oultremont surrounded himself with several cult underground guests: Man from Uranus, Olibass from afrobeat group Dragon Noir, neo folk singer Emmanuelle Parrenin and her hurdy-gurdy, actress Isabelle Wéry, jazz pianist Christophe Cerri, vocalist Marc Bouille and flutist Jean François Hustin. With “Homme d’Attaque”, Juan manipulates madness with dexterity, nonchalance and playfulness. Not really surprising for Juan connoisseurs, his hobby has been surrealism for a long time.

license

all rights reserved

tags

about

Juan d'Oultremont Brussels, Belgium

Juan is a belgian artist. In 1976, he founded the Cissite Movement which has allowed him to hone his skills for more than 30 years: art, teaching (he is an installation and performance professor at the ERG), writing (novels, news, comics, theatre), singing and songwriting, graphic design ( label Blue Note), radio, television,pom-pom boy ('man-majorettes) . ... more

contact / help

Contact Juan d'Oultremont

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Juan d'Oultremont, you may also like: